L’hiver des orphelins…

Au milieu d’un hivers majestueux…

La neige couvrant le sol, tel un drap cachant des visages endormis…

Quelques plantes le repoussant désespérément….

Les autres se sont rendues à l’évidence….

L’hivers est bien là, ne comptant pas partir de sitôt….

Etrange silence qui nous entoure…silence eternel que nous sommes…

Des arbres reniant leurs feuilles devenues orphelines…..

Des rochets figés, tel les cicatrices d’un survivant…

Le soleil qui s’est enfuit, tel un piètre déserteur sans honneur…

Des lèvres bleuâtres et des regards perdus….l’hivers ne fait que commencer….

Ah !! c’était charmant le printemps que nous avons délaissé…

Puis, maintenant les souhaits et le froid qui accompagne nos nuits….

Etrange sentiment de reproche…

…au milieu de ces âmes assiégées…

….loin de ces lointains rêves confisqués…

Joyeuses pensées faisant intrusion de temps à autre…

Un semblant de chaleur….

Malheur !!!….l’hivers est toujours là…..!!

A la surface du lac, aucun reflet de mon visage…

La gelée l’a forcé à ne plus dessiné…

Points de baisers…Point de danse…Point de sourire à l’insouciance….

Un regard amère sur ce tableau maudit….

Quand l’arc-en-ciel reviendra lui redonner des couleurs ?….

Maintenant que je vois ce tableau tapissant mes pas….

Je me dis à le voir que le monde sommeille tristement….

Des corps absents, des yeux s’accrochant aux sommeil péniblement…

                        ——–

Non loin de là, des orphelins éveillés….

Attendant dans une innocence affligeante….

Une mère que l’hivers leur a arraché….

Un père errant loin, dont ne reste qu’un souvenir fissuré…

Entre ces quatre mures les pleurant….

…une bougie refusant de s’éteindre…

…soufflant un peu de chaleur dans leur corps abimés….

Des yeux fixant la porte condamnée…

Le souffle du vent brisant le silence de ce lieu….

Le froid a eu raison de leur sourire….

Des corps frissonnants…..

Des yeux sommeillant tristement….

Cœur innocent, semblait murmurer quelque chose….

La bougie s’est éteinte, les murs pleurant en silence…

La porte est toujours condamnée, sans visiteur dans l’horizon…

Si ce n’est le vent qui souffle telle une bête acharnée…

Annonçant que pour ces orphelins…

…..L’hivers ne fait que commencer… !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s