La vie a déserté….!!!

Ces amours que nous avons enterré…..

Ces souvenirs que nous avons brûlé…..

Ces murmures qui nous torturent dans ce terrible sommeil….

Ces rivières…..

Ces océans qui nous séparent désormais……

Ces appels d’abadons qui se dissipent dans l’inconnu des routes…..

On s’est refusé de guérir ces blessures…..

On s’est enfuit pour ne pas nous regarder dans ce miroir….

On a déserté la nuit…..

Et le jour, lui, nous a délaissé….

Nous avons blâmé nos rêves…..

Et la vie nous a damné…..

Nous nous sommes contentés de l’oubli…..

Et on s’est fait oublier…..

On a châtié nos larmes……

Et les masques nous ont abimé….

Nos regards se sont envolés…..

Vers ce demain qui nous ignore désormais….

On se tourne le dos pour trouver consolation dans ce passé……

Les ponts se sont effondrés….

Les murs se sont écroulés…..

La terre qui nous réunissait n’ait plus…..

On l’a vendu au marchand d’esclaves….

Il a fait d’elle la courtisane de ses nuits….

Ma terre danse..danse..danse…et s’évanouie…

Son âme n’ait plus….

Le corps, lui, traine ses blessures sur la place du marché…..

Nous sommes partis…..

Nous avons fuit nos vies…..

On ne s’est jamais culpabilisé…..

Puisque on s’est vu confisquer nos pensées…..

Et nos rêves…..aussi….

Puisque on’a cessé d’exister…..

Vu que nous nous sommes contentés d’espérer…..

Pleurer sur les rives de nos vies……

Attendre que le vent soufflera la braise de nos âmes….

Hélas….toutes les flammes se sont éteintes…..

La nuit a pris possession des lieux…..

Le vent, lui, a préféré aller chérir ailleurs….

La poussière et l’abandon nous tiennent compagnie….

Le monde et le temps nous ont délaissé……

On peut toujours pleurer….

Nos larmes se sont asséchées….

On peut toujours attendre la mort….

Mais, la colline ne nous pardonnera jamais….

Nous avons avorté nos promesses…

On est tombé….la vie a déserté……

Les cendres de l’oubli….!!

Au fond de ce cœur mourant….

Et les débris de ses rêves abattus….

Le désespoir de cette colline lointaine….

Au milieu de ce tas d’illusions dénudées….

Ce regard hésitant qui se questionne….

Se demande pourquoi le soleil a déserté ?…..

Cette blessure….

Ce passé crucifié sur ce mur déclinant…..

Ce mur comptant les jours passant….

Subissant le vide de ces regards vaincus….

Moi, la terre et l’oubli….

Moi , le ciel et le vent….

Moi, les blessures et les larmes….

Moi, mon cœur et l’abandon….

Moi, les jours et le soleil….

Moi, l’ombre et la nuit….

Moi, ce rêve et ce lointain passé….

Moi, l’horizon et les doutes….

Moi , et le souvenir de cette montagne humiliée…..

Ses murmures blessés….

Ses rêves enfantins….

Et ses fleurs orphelines…..

Les cendres d’un sourire qui a périe  sur ses rives….

Le vent m’a arraché le peu de force qui m’est restée….

L’encre n’a plus envie de m’écouter…..

Les larmes l’ont épuisé….

Les feuilles se sont envolées….

Les mots ont déserté…..

Mes pensées….elles….

Ont été accrochées sur ce rochet…..

Le vent de l’hivers les traverse…..

Les prières n’ont plus personne pour les écouter….

Les blessures continuent à saigner….

Une attente irriguée par une rivière découlant de cette enfer…..

Moi, je cultive ce son de l’exile….

Pour que d’autres puissent disperser les cendres de l’oubli…..