Dans le jardin des ombres et des âmes perdues..!!

Des fois on se sent perdu au milieu de nos pensées et de nos interrogations qui nous rythment, rangeant nos vies. On se demande si on avait fait les bons choix. Si on avait bien calculé notre chute. Si on aurait pas du prendre telle route au lieu de celle que nous avons emprunté.

            Des fois on se cherche du réconfort dans les échecs des autres et le mal que tel ou tel a fait. Des excuses dans ce néant qui voile nos regards, faussant notre perception logique des choses.

             Des fois nous avons juste besoin d’un regard, un mot, un sourire pour nous permettre d’aller jusqu’au bout de nos rêves. Rejoindre, ou du moins se rapprocher des objectifs que nous nous sommes fixés tout au long des chemins que nous avons traversé, de grès ou de force.

            Nos cœurs se sentent vidés dans de tels moments, où le silence se mélange au vide d’un instant faisant de nous des objets inertes combattant désespérément les vagues du vide qui nous entoure. Là où nous nous bousculons d’une rive à l’autre sans que personne ne se prend de pitié ni d’affection à la déchéance qui couvre nos corps…La perdition que nous sommes.

            Des fois on essaye de nous inventer une existence en nous rendons dans les obscurités de notre passé lointain. Cette vie qui a périe dans les profondeurs de l’oubli que nos souvenirs semblent incapables d’atteindre, ni de ramener à la vie. Lui donner une autre chance pour nous aider à réécrire la feuille de notre destin. Changer des parcours, effacer et rajouter des visages et des rencontres. Nous permettre de moins subir le poids de nos jours et la cruauté de nos échecs.

            Des fois une voix nous renvois loin, au fin fond de nos êtres, nous obligeant à nous voir avec la nudité du premier jour de notre venue dans ce monde. Contempler, à plein visage, nos doutes et nos incertitudes. Enlever le masque de tous les jours pour, enfin, nous voir dans le miroir des vérités. Celui qui nous parle avec des mots crus, ne se souciant pas de ce qu’on veut être, mais nous renvoyant ce que nous sommes en vrai. Des âmes perdues, des êtres incertains, des rêves avortés et beaucoup de mensonges colorant l’artifice de nos vies d’empreint.

            Des fois on a juste envie de pleurer avec la sincérité d’un moment de solitude. Laisser nos larmes couler sur nos joues sans qu’on ait à avoir peur du regard des gens. Ne pas avoir peur de faire pitié et d’engendrer des égratignures. Nous mettre par terre et la prendre dans nos mains en nous parlant à nous-mêmes. Nous confesser à un arbre ou une pierre qui était témoin de l’innocence de notre enfance. Revenir sur la tombe d’un souvenir heureux qui nous a appris à aimer et à sourire avec la naïveté d’un ruisseau se jetant dans l’infinité d’un océan.

            Des fois on se pose des questions sur ce qu’on est et ce qu’on aimerait être. Se plaindre à ne plus en finir avec des mots insensés et des lamentations que même les montagnes ne peuvent plus supporter. Vouloir être à la hauteur d’un regard. Tenir une promesse. Ne plus avoir à vivre dans les regrets et tenir le cours d’un rêve qui se cherche une existence au milieu de la brume encerclant nos regards.

            On se sent à bout, quand nos yeux n’ont plus de force de contempler l’horizon. Nos cœur, mourant, pleurant nos corps qui s’écroulent sur la rive d’une journée qui tire sa révérence, obligeant le soleil à déserter et les cygnes à tomber dans le silence, derrière la tristesse d’une colline endeuillée, laissant place à la nuit pour nous habiter et nous forcer à marchander nos rêves pour le peu de chaleur sensée nous maintenir en vie.

            Des fois on a envie d’oublier les mots, fermer nos yeux pour toujours. Nous oublier et nous faire oublier. Nous reposer pour un instant. Ne plus penser ni sentir quoi que ce soit. Adopter l’oubli et s’aventurer dans l’inconnu. Faire tomber les masques pour pouvoir voir le monde à découvert. Ne plus attendre sur la rive de nos vies. Ne plus subir les jours en les regardant défiler devant nos yeux. Ne plus attendre à en oublier la raison…..

            Sourire et pleurer avec sincérité pour rendre nos rêves à la vie. Enterrer nos blessures et nos désespoirs dans le jardin des ombres et des âmes perdues…

Publicités

3 réflexions sur “Dans le jardin des ombres et des âmes perdues..!!

  1. Et vivre pleinement cette vie, la vivre comme si elle prenait fin ce soir… comme s’il nous restait un soupir avant de partir. jouir de chaque instant sans penser au lendemain, ni au surlendemain. Oui il serait si agréable de faire cela !!!!

    • On aimerait tant que ça se passe ainsi. Mais on a une mémoire, des cicatrices qui nous rappellent que notre passé n’est pas un rêve. Je conçois que ça serait si agréable si on y arrive. Mais c’est ne pas connaitre la vie et ce que nous lui devons. Chacun a un rôle à jouer..après tout la vie n’est qu’une pièce de théâtre…..mais que chacun joue à sa manière et selon ce que lui dicte son destin….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s