Des songes en fumée !

            ajjlabiIl y a des jours je me réveille en me posant cette éternelle question : «  Pourquoi je suis encore en vie ? ». Cette façon d’entamer certaines de mes journées m’a accompagné depuis longtemps que mes souvenirs me renvoient dans le passé. En effet, il y a des jours, j’ai l’impression que le passé vient me ranger avec la cruauté de l’hiver qui avait longtemps opprimé ma vie et mes espoirs en ce monde qui me paraissait étranger. ..si étranger que je me posais la question sur la raison qui me poussait encore à rêver et à espérer…..Le silence de tels instants semble mieux exprimer le résumé de cette existence absurde…Celle que j’avais abandonné sur la route de l’oubli, un matin d’hivers…Quand le monde avait préféré me tourner le dos au lieu de guérir mes blessures….. Finalement je suis encore là…..plus vivant que jamais…!!

            A  travers cette fenêtre, je regarde l’infinité de ce ciel….Mon train avance avec la vitesse d’une vie pressée…..Dans cette étendue solitaire, je distingue ce soleil qui s’apprête à abandonner cette journée dans son hésitation…..Un silence religieux remplis, les lieux, si ce n’est le bruit des wagons pressant le pas vers notre destination…..Je ne sais plus, si c’est un voyage de retour vers nos foyers respectifs, ou un nième voyage dans le temps et l’hésitation de nos existences…….Je vois ce tas de visages absents…ceux fixant les écrans de leurs ordinateurs pour y chercher une autre raison les tenant encore en vie….ou même une autre raison leur permettant d’aspirer aux retrouvailles de ceux (ou celles) qu’ils aiment…..Me concernant, comme toujours, j’ai l’impression de traverser plusieurs vies….Des moments de paix me submergent de temps à autres…..d’autres moments de faiblesse, d’hésitation, de blessure et même du désespoir, viennent me rendre visite…..souvent…

            La lumière du soleil a rendu l’âme…..la nuit commence à prendre possession de cet espace interminable…..La froideur des lieux se fait ressentir, comme si la terre s’apprêtait à faire le deuil de cette journée qui tire sa révérence….Au milieu de ce moment, j’ai le sentiment que le ciel se défait de ses illusions, avec des étoiles qui commencent à tomber….Ce silence absurde me rappelant la douleur de ces routes….Des mots qui n’ont plus à s’acharner sur ces corps….nos rêves ont périe aussi….Le jour s’évanouissant dans l’infinité de l’horizon….Mon âme, étrangère sur ces terres en deuil….Le temps n’a fait que creuser la profondeur de ce regard qui a trop subit cette vie…..Le ciel sourie tristement…Il me regarde, sans force ni envie….Les étoiles s’éteignent une après une…..La foule ne fait que regarder ……J’appelle ma lointaine colline……Ma voix se dissipent sans pouvoir caresser le visage de cette âme qui continue à m’attendre sur la colline de mon enfance….