Le triomphe des imbéciles

Etre humainAprès les attenants de Paris, je suis habité par un sentiment pénible. Ce soir, j’avais un douloureux besoin d’écrire. Ce n’est pas parce que j’ai pu faire partie des victimes. Il faut dire qu’avec cette tragédie, je me suis rendu compte que personne n’est épargné. Je l’ai compris quand ma petite sœur m’a appelé, angoissée, pour savoir si j’allais bien, car elle savait que j’étais de passage à Paris pour un congrès. Je l’ai rassuré que je suis bien rentré chez moi depuis une dizaine de jours.

À vrai dire, je commence à traîner un sentiment de désespoir pour cette humanité en laquelle j’ai toujours cru. Après chaque drame, tout le monde prie ou appelle à la prière pour l’âme des victimes. Les prières nous permettent-elles de fuir encore et toujours nos angoisses ? Quoi d’autre ? Les dieux ont toujours su couvrir nos bêtises et épargner cette douloureuse et pesante remise en question de nos vies. Le bourreau et la victime prient, des fois le même Dieu. Je me demande, laquelle des deux prières sera exhaussée ? Vu que tout le monde semble se dire qu’il a raison. De plus, si tout le monde a raison, qui a tort alors ?

Quand je regarde autour de moi, je me dis : soit les dieux se foutent bien de nous en nous voyant giser dans le sang de ces guerres et drames interminables. Soit, il n’y a personne là-haut, et là c’est encore pire. Ce n’est pas parce que ceux qui se sont tués, et tués, pour tel ou tel Dieu n’auront pas le paradis promis, mais parce que j’ai envie qu’il y’ait quelqu’un pour rendre des comptes de toute cette tragédie que vit l’humanité. Quelqu’un qui aura à s’expliquer sur tout cela…

Je me dis que le monde se doive d’instaurer une journée mondiale sans Dieux. Cette journée-là sera consacrée à célébrer l’Homme tout court. Pas besoin de prière ou de bénédiction de qui ce soit ce jour-là. Juste besoin de l’humanité en nous, le reste se fera tout seul. Il faut reconnaître que j’ai démissionné de la vie des temples et des clergés depuis très longtemps pour savoir encore prier ou psalmodier nul verset. Ce n’est pas pour autant que j’ai perdu de la compassion ou le sens de l’amour du prochain. Sauf que dans mon cas, je le fais sans attendre de récompense dans l’au-delà…..

En attendant,  j’ai de plus en plus mal pour l’humain en nous, ou ce qu’il en reste en fait. Oui, avec les temps qui courent, il n’y a que les imbéciles qui sont visibles et qui triomphent: ceux qui veulent aller au paradis en égorgeant des innocents et ceux qui veulent jeter tous les étrangers, les damnés et les réfugiés du monde dans la mer pour sauver la « race ». D’un bord et l’autre, on ne voit que des idiots qui veulent en découdre. Pour le reste du monde. Les autres qui veulent juste vivre et aimer. Ils essaient de continuer leurs vies dans l’espoir de ne pas croiser le chemin de la bêtise, d’un bord ou de l’autre.

Si tout tient à la prière, je ne la veux pas. Je veux juste un peu d’humanité, ce n’est pas trop demandé pour l’idéaliste naïf que je suis. Je me rappellerai toujours des mots de l’oncle d’un ami à qui on a diagnostiqué un cancer : « À ma mort, je vous interdis de prier pour moi. Je ne veux pas de prière de personne. Vos larmes, s’elles sont sincères, me suffiront». Moi aussi, ce soir je n’ai pas besoin du ciel ni de prière. J’ai juste besoin de ce qui fait de moi cet être qui sait s’attrister, vivre, rire, pleurer…mais surtout aimer. J’ai juste besoin de l’humanité en moi…en nous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s