Des sourires et des ombres !

« (….) Faire confiance aux hommes c’est déjà se faire tuer un peu (….) Le pire, c’est qu’on se demande comment le lendemain on trouvera assez de forces pour continuer à faire ce qu’on a fait la veille ? Ou on trouvera la force pour ces démarches imbéciles, ces milles projets qui n’aboutissent à rien, ces tentatives pour sortir de l’accablante nécessité, tentatives qui toujours avortent et toutes pour aller se convaincre une fois de plus que le destin est insurmontable, qu’il faut retomber en bas de la muraille chaque soir, sous l’angoisse de ce lendemain toujours plus précaire, toujours plus sordide ? (…) On n’a plus beaucoup de musique en soi pour faire danser la vie (….) Ne croyez donc jamais d’emblée au malheur des hommes. Demandez-leur seulement s’ils peuvent dormir encore ?… Si oui, tout va bien. Ça suffit (….) » (Louis-Ferdinand Céline – Voyage au bout de la nuit)

Prenez soins de ces sourires qui ont pu bourgeonner dans le vide de ce désert….

Sous le regard de ces rochers gris et au milieu de ces chemins incertains….

À toutes ces ombres érasées par la volonté de vivre…

Je ne saurais formuler pour vous une seule parole humaine, tant l’âme est livide….

….. Cette sensation de morosité accablante qui entoure ces murs…

Aucune consolation ne viendra des mots des miens….

Aucun pardon  n’a lieu d’être …..

En aucune circonstance, je ne trouve plus de raison pour les confessions….

C’est effrayant de parler….. Mais ça l’est encore plus quand nous n’avons plus de mots pour faire chanter nos doutes….

Une voix vient de ce nul part où je suis né : Je veux arriver au rivage avant de périr….. Après, je ne m’angoisserai plus pour ces hommes oubliés des hommes….

La vie est une succession de tempêtes de sable. Elles m’enterrent pour me déterrer juste peu de temps après.….. Au bout : j’ai des décombres à la place du cœur…..

Que Dionysos continue à cacher les cicatrices de la terre qui lui revient…. Que le malentendu que nous sommes puisse réconforter le présent dans sa nostalgie…

À se regarder, on se résigne à admettre que le passé n’est que les traces de notre fuite en avant…. Cet impitoyable asservissement de nos désirs de liberté dépourvus de courage…..

Douloureuse humiliation…… Même nos doutes sont incultes et méprisables….Nos rêves : maladroits et haïssables…..Et nous continuons à trembler devant ces demiurges sordides….

Nietzche disait : «  celui qui a libéré son esprit doit encore se purifier ». Oui, on se sent sale d’avoir rompu l’ordre qui étouffait nos âmes : Nos existences… On se sent coupable, car en choisissant de vivre autrement, on condamne les autres à nous haïr….. On détruit le sens qu’ils avaient de ce qui les entoure…. Celui de cette tyrannie qui élimine l’humain -ou le rendant insignifiant- comme existence et sacralise le groupe comme « valeur absolue » : le troupeau et le berger…. Personne ne veut accepter que le diable n’a de pouvoir que celui qu’on veuille bien lui donner….et que les dieux n’en savent pas plus que nous….

D’autres nous ont pleurés par amour, par pitié ou par mépris…. Comme il nous est arrivé de mentir par charité aussi….

Ils nous ont pleurés par égoïsme aussi : nous perdre….

Il reste que nous sommes tout autant égoïstes : l’égoïsme de vouloir « être »…… De vouloir écrire les lois de nos propres existences…après la violence de la rupture…. Qui est fautif après tout ? Au-delà du bien et du mal : personne !

J’ai juste refusé la vie qu’on m’avait prescrit…Quel affront ? Peut-on, au moins, affirmer notre droit au déshonneur ?…. Peut-être que je finirais un jour par passer là où s’incline les espoirs des résignés….

En attendant, on pourrait toujours remplacer l’au-delà par plus tard….. On verra ce qui adviendra de nous…

Que le soleil viendra me parler de toutes ces âmes qui ont trépassées sous son regard….. Que la pluie viendra me parler de tous ces péchés qu’elle a lavés de ces corps…. Que le vent viendra me dire où serai-je demain au coucher du soleil….Et de comprendre que je ne suis finalement qu’une planète errante, que personne ne doit prendre pour guide…

Publicités